Étiquette : Samir Nasri

Noël le Graet « Nasri est heureux d’être en équipe de France »

Noel Le Graet, le président de la FFF, est lui aussi revenu sur l’altercation entre Samir Nasri et un journaliste ce matin dans Téléfoot, prenant plutôt la défense du joueur :

Il est à fleur de peau. Il a à nouveau dérapé. Mais faut relativiser l’incident, je veux voir ce qu’il s’est passé. Il a un comportement extérieur difficile tout en étant très motivé par l’équipe de France, il est heureux d’être en équipe de France. Je ne suis pas là pour sanctionner.

Je suis quelqu’un qui sait discuter et recevoir. Je vais voir avec lui pour savoir quel est véritablement son problème. Je ne suis pas en train de complètement lui pardonner.

Tous les joueurs présents en Ukraine ont été d’une grande disponibilité et d’une grande courtoisie. Leur comportement a été relativement irrépochable.

Laurent Blanc : « Il y a un problème Nasri avec la presse »

Une nuit après l’élimination de l’équipe de France en quarts de finale de l’euro 2012, Laurent Blanc était l’invité de l’émission Téléfoot sur TF1 où il a pu livrer ses premières impressions à tête reposée sur son avenir :

On est au lendemain d’une défaite et d’une élimination de l’Euro, franchement je n’ai pas la tête à ça. Je l’ai dit hier, la nuit a été très courte et je n’ai pas changé d’avis. Le président l’a dit, on se verra surement dans les 10 prochains jours. Pour l’instant, ce n’est ni l’endroit ni le moment pour parler de ça.

Mais aussi sur le nouveau problème entre Samir Nasri et un journaliste hier soir :

Il y a un problème Nasri avec la presse. La réalité, elle est là. Les propos sont très violents. Ce sont des propos avérés. C’est un manque de respect vis-à-vis du journaliste, même s’il n’a pas eu trop de respect pour Samir non plus. Moi je suis intervenu auprès de Samir après son premier problème, je lui ai dit ce que j’en pensais. Je trouvais que la meilleure des solutions c’était d’avoir une explication avec les personnes concernées. Ce qu’il a fait est très regrettable. Pour son image personnelle, c’est très mauvais, ce qui est terrible aussi c’est que c’est très mauvais pour l’équipe. Je ne peux pas gérer la réaction des joueurs devant la presse, quand ils marquent des buts. Apparemment mon message n’est pas bien passé auprès de Samir…

Mais aussi bien sur sur la compétition elle-même :

Quand on dresse un bilan, il faut avoir plus de recul, ne pas évoquer que les deux derniers matches de l’Euro 2012. Il faut parler des deux ans écoulés et faire un bilan général, complet. Concernant la phase finale, j’ai plus de regrets suite à la défaite contre la Suède que celle de samedi face à l’Espagne. Depuis cinq ans, tous les adversaires des Espagnols cherchent la solution et perdent face à eux. C’est la meilleure équipe d’Europe ! Il n’y a aucune honte à s’adapter à l’Espagne comme a pu le faire aussi la Croatie. Notre stratégie était d’arriver à 0-0 à la pause. Ce n’était pas un manque d’ambition mais être réaliste. Ils ont eu une action et ils ont marqué, Hugo (Lloris) n’a pas été inquiété sinon. Dans une seconde phase, on s’est procuré quelques occasions.

Djorkaeff : « Celui qui apporte le plus à Benzema, c’est Ménez »

En équipe de France, chacun a ses préférences pour animer le jeu autour de Karim Benzema. Youri Djorkaeff lui, vote pour Jérémy Menez :

Tout le monde cible Nasri, mais c’est entre Nasri, Benzema et Ribéry que ce n’est pas fluide. Celui qui apporte le plus à Benzema, c’est Ménez. Pourquoi ? Parce que lui, au moins, on sait où il se situe sur le terrain, il est dans son couloir droit et il apporte percussion et profondeur. Benzema sait mieux se positionner par rapport à lui qu’avec un Ribéry qui rentre dans l’axe ou un Nasri qui recule et avance.

Clash après France-Suède : les vidéos

Suite aux rumeurs qui ont tourné autour de l’équipe de France ces dernières heures concernant les tensions qu’il y a eu dans le vestiaire après France – Suède (avec Hatem Ben Arfa, Samir Nasri, Franck Ribéry, Laurent Blanc, Philippe Mexes ou Karim Benzema…), ils sont plusieurs à avoir communiqué à ce sujet pour dégonfler la polémique, dont Alain Boghossian en conférence de presse ce matin. Voici les extraits en vidéo :

Les Bleus veulent tourner la page

Malouda, «Ça a réveillé quelques démons»

Malouda: « On est pas en balade »

Blanc: « Ca a été chaud »

Boghossian, rien n’est cassé

Boghossian, pas de clash avec Mexès

Bleus : Quand une simple explication devient une crise

A la fin du match perdu par les bleus, Olivier Giroud concédait au micro de M6 que ça avait été chaud dans les vestiaires de l’équipe de France après le match.

Il n’en fallait pas plus pour que certains sautent sur l’occasion pour grossir le trait et faire passer les événements pour un cataclysme. Comme l’a précisé Alain Boghossian en conférence de presse :

Il y a eu des échanges mais c’est normal, ça aurait été pire s’il n’y avait rien eu. Il y a eu des altercations, enfin des échanges entre joueurs. On s’est dit les choses. C’est comme dans un couple si on ne dit pas les choses, ça explose. Ce qui s’est passé dans le vestiaire, j’espère que ça sera un plus pour la suite. Il n’y a pas eu d’accrochage entre Hatem Ben Arfa et Laurent Blanc. Les deux personnes se sont expliquées. Ils ont mis les choses à plat et ils se sont serrer la main. Il n’y a aucun souci à ce niveau-là.

Et en substance, c’est à peu près ce qu’explique L’équipe dans son article ce matin. Une scène finalement banale entre membres d’une équipe qui vient de déjouer. Des reproches, des avis tranchés… Le ton monte un peu, mais rien de si étonnant. Il suffit simplement d’avoir participé à un sport collectif pour s’apercevoir que ce sont des épisodes habituels et même sains. Il est important que les choses soient dites.

Mais l’actualité du sport aujourd’hui est-elle si pauvre pour en faire la une ? Comme une impression de déjà vu avec la une assassine d’Anelka en 2010 avec en énorme une phrase dont on découvrira que le joueur de Shanghai n’avait même pas prononcée. Comme une impression de choisir sa une pour vendre du papier, et non plus pour informer.

Et lorsqu’on s’avise à critiquer les journalistes en question, le retour est souvent grinçant. Comme si eux n’avaient pas le droit d’être critiqués, alors que c’est précisément ce qu’ils reprochent aux joueurs…

Au final, beaucoup de bruit pour rien, et on finit par comprendre pourquoi les joueurs ne veulent plus répondre à certains médias, même si certaines de leurs attitudes ne sont pas justifiables.

Les joueurs les plus recherchés : Mario Gomez, Cristiano Ronaldo, Yohan Cabaye

Mario Gomez du Bayern de Munich a été choisi par les visiteurs de 123people comme le joueur le plus populaire lors de l’Euro 2012. Entre le 8 Juin et le 19 Juin, Mario Gomez a été le plus recherché sur le moteur de recherche dans la phase du tournoi, suivi par Ronaldo Cristiano du Portugal et de Yohan Cabaye pour la France.

Mario Gomez a déjà marqué de ses exploits l’Euro 2012. En effet, à seulement 26 ans, le buteur bavarois a marqué à trois reprises lors des premiers match de l’Euro 2012. Grâce à ses performances, l’Allemagne a ainsi remporté les deux matchs les plus difficiles et les plus cruciaux de sa poule : 1-0 contre le Portugal et 2-1 contre les Pays-Bas. Mario Gomez semble bien décidé à remporter l’Euro 2012 pour la Mannschaft.

Grâce à Ronaldo Cristiano, les Pays-Bas ont été éliminé et le Portugal s’est qualifié ! En réalisant un doublé, les Portugais se retrouveront en quarts de finale contre la République Tchèque.
C’est le deuxième joueur le plus populaire sur 132people.

Yohan Cabaye, est le troisième joueur le plus recherché sur 132people. Avec son premier but en sélection contre l’Ukraine, Yohan Cabaye est entré dans la légende de l’Euro 2012. Une performance qui laisse à penser que l’équipe de France a peut-être trouvé son nouveau champion.

Le Top 10 des joueurs les plus recherchées sur 123people.fr :
1. Mario Gomez

2. Ronaldo Cristiano

3. Yohan Cabaye

4. Karim Benzema

5. Mario Balotelli

6. Hugo Lloris

7. Laurent Blanc

8. Samir Nasri

9. Patrice Evra

10. Hugo Ameida

Guy Roux : « Les journalistes sont des chochottes »

Guy Roux n’a pas sa langue dans sa poche, et lorsqu’il a vu le traitement autour du « Ferme ta gueule » de Samir Nasri après son but contre l’Angleterre, il a réagi vivement dans les colonne de So Foot :

Aujourd’hui, les journalistes sont des chochottes. On ne peut plus les toucher, ni même les frôler, alors que sous leurs plumes, tout est permis. Au pire, on peut avancer que Samir est un sale gosse. Mais il a 23 ans, il ne faut pas l’oublier. Derrière, il est élu homme du match et pas par les Français. Ça veut tout dire, quand même.

Pour faire un triangle, il faut être trois. Vous avez déjà essayé de jouer en triangle avec des mecs alignés comme une ligne droite ? Croyez-moi, c’est compliqué. Sur le but, Ribéry, Malouda et Nasri sont sur le côté gauche. Sans cet échange en triangle, dans un petit périmètre, on ne marque jamais. Le dézonage de Nasri est demandé par Blanc. Cette liberté amène le but. Si on laisse Nasri à droite, on n’égalise jamais contre les anglais.

France – Estonie 4-0 résumé vidéo

L’équipe de France a fait le plein de confiance ce soir au Mans pour son dernier match de préparation à l’Euro 2012 en battant l’équipe d’Estonie sur le score de 4-0.

Après un début de match difficile, les bleus ont petit à petit installé leur jeu jusqu’à la 24eme minute ou Franck Ribéry et Karim Benzema combinent bien avec un but du munichois. 13 minutes plus tard, c’est l’attaquant du Real Madrid qui s’illustre avec une superbe frappe enroulée qui tape le poteau avant de rentrer dans le but.

Dès la reprise, le même Karim Benzema marque encore après une passe de Franck Ribéry. En fin de match, sur un centre de Patrice Evra, Olivier Giroud remise intelligement du talon à Jérémy Menez qui n’a plus qu’à marquer du plat du pied. Une victoire avec des buts et un match sans prendre de but, c’est bon pour le moral. Mais le premier adversaire des bleus à l’Euro sera autrement plus coriace puisqu’il s’agit de l’Angleterre.

Retrouvez le résumé du match en vidéo :

France-Estonie : Evra et Nasri titulaires

A une heure du coup d’envoi, on a eu la confirmation du 11 de départ de l’équipe de France face à l’Estonie, pour le dernier match des bleus avant l’Euro 2012.

Lloris – Debuchy, Rami, Mexès, Evra – Diarra, Cabaye, Malouda – Ribéry, Nasri, Benzema

Pas de surprise donc dans cette équipe de départ. On a juste la confirmation de la titularisation de Patrice Evra et Samir Nasri, qui joueront peut-être leur place de titulaire contre l’Angleterre en fonction de leur prestation de ce soir.

La composition de l’Estonie : Pareiko – Jääger, Rähn, Klavan, Teniste – Puri, Dmitrijev, Vassiljev, Kink, Ojamaa – Oper

Les primes des bleus à l’Euro 2012

Au Touquet Noël le Graet, le président de la FFF, a discuté avec les joueurs de leurs primes pour l’Euro 2012.

Après avoir signalé que « Les discussions se sont déroulées dans un bon climat » avec Cédric Carrasso, Florent Malouda, Samir Nasri, Hugo Lloris, Philippe Mexes et Alou Diarra, le président du foot français a annoncé le montant des primes selon le parcours des bleus à l’Euro 2012.

Le premier objectif et objectif minimal étant de se qualifier pour les quarts de finale, l’équipe de France ne touchera aucune prime s’ils en restent au stade des groupes de qualification, même si un match est gagné. Si l’objectif est atteint, ils toucheront tous 100 000 euros.

Ensuite, chaque victoire leur apportera une prime : 50 000 euros en cas de qualification en demi-finale, 70 000 euros de plus en cas de participation en finale, auquel viendront s’ajouter 100 000 euros en cas de victoire finale. Si les français sont champions d’Europe des Nations, chaque joueur empochera donc 320 000 euros, soit 55 000 de moins qu’en 2008.